Malgré sa forme très compacte, ce bracelet connecté embarque un capteur cardiaque. Comme de coutume chez Garmin, il fonctionne avec l’software Garmin Connect (iOS et Android) qui prend en charge les équipements de la marque américaine. C’est confirmé depuis ce lundi 6 mars : Fitbit étoffe sa gamme de bracelets connectés avec un nouveau modèle, l’Alta HR. Digne héritier de l’Alta qui avait été lancé courant 2016, l’Alta HR ajoute, comme son nom l’indique, une nouvelle fonctionnalité au capteur d’activité : le suivi de la fréquence cardiaque. Fitbit annonce une autonomie de 7 jours pour son Alta HR, ce que nous avons effectivement pu vérifier lors de nos essais.

L’heure apparaît et l’on peut faire défiler les fonctions de bas en haut : Ma journée, Entraînement (Course à pied, Cyclisme, Autre sport extérieur, Autre sport intérieur), Ma FC (Fréquence Cardiaque). À l’challenge de l’entraînement, le bracelet indique en pourcentages les zones cardiaques dans lesquelles se sont concentrés nos efforts, mais aussi le rythme cardiaque moyen et le plus élevé. Fitbit veut maintenir son leadership dans un secteur devenu hyper-concurrentiel. Selon ses dires, Fitbit est même parvenu à la renforcer, la faisant passer de 5 à 7 jours.

Selon notre activité, le bracelet peut nous proposer un objectif de pas à atteindre et cohérent avec nos habitudes et notre mode de vie. Une seconde pression indique le nombre de pas effectués, une troisième le rythme cardiaque de l’utilisateur à l’instantaneous T. Avec son premier bracelet connecté, Wiko signe un produit d’entrée de gamme qui veut peut-être en faire un peu trop. Du coup, le bracelet connecté perd beaucoup de son intérêt, notamment auprès de sportifs — et évidemment des coureurs — qui apprécient de constamment savoir dans quelle zone cardio ils se situent.

Si l’on retrouve les classiques graphiques à bâtons que l’on connaissait déjà, il est désormais possible de mieux découvrir la nature de son sommeil. D’autres pressions font défiler les informations (par exemple l’heure, le Fuel, les pas ou les energy). En bas d’écran, des conseils d’heure de coucher et de réveil sont fournis pour atteindre l’objectif d’heures de sommeil quotidien que l’on s’est fixé. Cet écran est aussi la porte d’entrée aux données détaillées concernant la qualité du sommeil (endormi, agité, éveillé), courbes de fréquence cardiaque (au repos et en continu), détails rapportés aux exercices réalisés, analyse des activités quotidiennes par heure.

Par delà le journal de bord que Fitbit avait revisité il y a quelques mois et qui offre une vision globale résumée en un écran des différentes mesures du jour, il est doable d’accéder à une foule de détails. Ce n’est pas essentiel à l’utilisation du bracelet mais c’est un plus, surtout si vous êtes du genre à comparer votre score à celui de vos amis. En la matière, Fitbit fait plutôt bien les choses et a développé pour certains de ses capteurs, telle la montre Blaze, une série d’accessoires sport et mode.

Je porte un costume tous les jours, le bracelet gène quand on porte des manches longues serrées (chemises, vestes…). Certains « surveillent » votre sommeil (temps de sommeil, détection des mouvements), d’autres intègrent un cardiofréquencemètre pour prendre votre pouls. D’ailleurs, l’opération de recharge est assez uncommon puisqu’il est possible de porter le bracelet une semaine sans le brancher ; ce temps n’est cependant qu’indicatif puisqu’il peut varier en fonction des personnes et de l’utilisation. Le bracelet doit être capable de faire la différence entre la marche et le piétinement, et de compter vos pas même si votre bras ne bouge pas (si, par exemple, vous portez un sac).

Sans véritable point commun dans son design avec ses aînés, les Polar Loop et Loop 2 , l’A360 prend la forme d’un petit module électronique à enficher dans un bracelet de silicone (noir, blanc, rose, bleu, vert). Durant notre test étalé sur 15 jours, le bracelet s’est malencontreusement détaché à quelques reprises lors de frottements sans doute un peu trop appuyés. Un bracelet connecté compte vos pas quotidiens, la distance parcourue, les calories brûlées. Chaque jour, l’utility nous indique comment atteindre l’objectif quotidien que nous fixe le bracelet.

À utiliser au quotidien ou pour le sport, sa vocation est également d’être conservé au poignet H/24 pour mieux connaître la nature de son sommeil et, si nécessaire, tenter d’en améliorer la qualité. Disponible en deux capacités — 65 et eighty litres —, ce chauffe-eau connecté embarque 2 cuves en acier et peut être installé aussi bien à l’horizontale qu’à la verticale. D’autant que pour assurer l’efficacité du capteur cardio, le bracelet doit être serré… Bon courage, donc, à ceux qui n’ont pas envie de reculer devant l’effort !